Librairie Baba Yaga

janvier2012

0


Picquier poche, Janvier 2012 (1ère parution chez Picquier, Janvier 2005)

Cela fait longtemps que je voulais lire ce texte, sa parution en poche m’en donne l’occasion. Plusieurs clients m’en avaient parlé, dont une femme qui est venue plusieurs fois m’en acheter et me dire combien elle l’aimait.
Dès les premières pages, je me suis sentie chez moi, j’ai suivi pas à pas la vie de cette jeune épousée chinoise partie à la recherche de son mari disparu dans un Tibet très lointain et dangereux.
L’histoire se déroule sur plusieurs décennies; Mais à l’inverse de ces livres que j’ai énormément aimés, comme « La saga de Youza » de Baltouchis, ou plus récemment « Niki l’histoire d’un chien » de Tibor Déry, la grande Histoire ne s’infiltre pas dans la petite histoire des personnages centraux du roman. Elle est maintenue à l’écart, forcée presque de se taire, éloignée au tout dernier plan.
C’est pourtant bien la grande Histoire qui va mener loin de la Chine le mari de Wen, médecin comme elle: il s’engage dans l’armée de conquête du Tibet qui cache bien son nom: « armée de libération » Il part avec de grands idéaux, le désir de soigner, d’aider.
Peu après l’armée annonce à Wen la mort de son mari. Elle refuse de le croire, s’engage elle même, et part, afin de le rejoindre. Alors que tous la dissuadent, elle embarque sans faillir dans une aventure extrêmement risquée.
Il est intéressant de constater que dans ce roman La chine, puissance colonialiste ne peut entamer véritablement l’âme d’un peuple fort et courageux.
page 174 : »Wen…avait appris à renoncer à ses désirs-à laisser les choses suivre leur cours. »
page177: « Wen a baissé les yeux sur ses vêtement élimés, déteints. Si elle n’était plus chinoise qui était-elle?Mais peut-être cette question n’avait pas d’importance. L’important c’était que son âme était née.Wang Liang avait eu raison :rester en vie était une victoire en soi »

Facilité de lecture:Aisée.

Vous aimez? Partagez!

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire

RSS