Librairie Baba Yaga

février2012

0

La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse,
Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse,
Nous devrions pourtant lui porter quelques fleurs.
Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs,
Et quand octobre souffle, émondeur des vieux arbres,
Son vent mélancolique à l’entour de leurs marbres,
Certes, ils doivent trouver les vivants bien ingrats,
A dormir, comme ils font, chaudement dans leurs draps,
Tandis que, dévorés de noires songeries,
Sans compagnon de lit, sans bonnes causeries,
Vieux squelettes gelés travaillés par le ver,
Ils sentent s’égoutter les neiges de l’hiver
Et le siècle couler, sans qu’amis ni famille
Remplacent les lambeaux qui pendent à leur grille.

Lorsque la bûche siffle et chante, si le soir,
Calme, dans le fauteuil je la voyais s’asseoir,
Si, par une nuit bleue et froide de décembre,
Je la trouvais tapie en un coin de ma chambre,
Grave, et venant du fond de son lit éternel
Couver l’enfant grandi de son oeil maternel,
Que pourrais-je répondre à cette âme pieuse,
Voyant tomber des pleurs de sa paupière creuse?

Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857

Pierre Jourde dont j’ai beaucoup aimé: « Pays perdu » a glissé dans son roman « Paradis noirs » (m’a moins convaincue) ces vers de Baudelaire, comme une invocation,un leitmotiv, une lancinante chanson.
Voir la très éclairante critique du blog « Autre Monde »:De Pierre Jourde à Gabriel Chevallier

Poème mis en musique magnifiquement par Léo Ferré. Le poème résonne, prend une ampleur terrible, à écouter en boucle( un peu triste peut-être?!)

Après, pour le contraste, écouter: « Il fait beau » de Guy Béart (interprété par les Frères Jacques). Peut aussi être écouter en boucle, mais pour ce faire attendre les bonnes chaleurs d’été, sinon risque de vous faire déprimer (dans ce cas reprendre la première chanson, plus dans le ton!)

Quand le soleil s’est levé là-bas derrière Pantin
Ça n’a été qu’un cri dans le petit matin
« Il fait beau »
Les oiseaux de Paris filochant ventre à ciel
Aux quatre coins d’la ville ont porté la nouvelle
« Il fait beau »
De la Muette à Pigalle, on se l’est répété
Une bonne nouvelle ça vaut l’coup d’en parler
« Il fait beau, il fait beau »
Et tout Paris bientôt fredonne obstinément
Ce refrain de trois mots monotone et charmant
« Il fait beau », tout l’monde est content

Puis le soleil joyeux montant un peu plus haut
En fin de matinée y a quèqu’ chose de nouveau
Il fait chaud
Ça s’aggrave d’heure en heure, bientôt nous étoufferons
On a un p’tit peu d’air quand y passe un avion
Il fait chaud
Les femmes sont adorables, comment peuvent-elles ranger
Dans si peu de tissu tant de choses à toucher ?
Il fait chaud, il fait chaud
Partout dans les bistrots on prépare les grands verres
On a beau être content, on s’fait monter de la bière
Il fait chaud, faut jamais s’en faire

Délaissant avant l’heure son torride bureau
L’ami Gaston chez lui est rentré bien trop tôt
Il fait chaud
Il a trouvé sa femme seule avec un monsieur
A part le drap du d’ssus, ils n’avaient rien sur eux
Il fait chaud
Gaston restait sans voix, sa femme ne disait rien
Alors l’autre type a dit « Y a qu’ comme ça qu’on est bien »
Il fait chaud, il fait chaud
« Vous croyez ? » dit Gaston, « Je peux vous l’affirmer »
Gaston s’est dévêtu et tout s’est arrangé
Il fait chaud, on peut pas s’fâcher

Puis enfin c’est le soir, assis d’vant leur maison
Les concierges déclarent avec satisfaction
« Il fait bon »
Dans le ciel assombri, les hirondelles font,
En poussant des p’tits cris, une partie d’saute-moucherons
Il fait bon
Puis le soleil pressé disparaît vers Saint-Cloud
‘L a l’tour du monde à faire, faut qu’il en mette un coup
Il fait doux, il fait doux
Il a pas d’ temps à perdre s’il veut être rev’nu d’main
On compte sur lui d’ bonne heure, là-bas derrière Pantin
Il f’ra beau, il f’ra beau

Il f’ra beau
Ca nous plaira bien

Paroles: Jacques Grello. Musique: Guy Béart

Vous aimez? Partagez!

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire

RSS