Librairie Baba Yaga
  • Billets d’humeur
  • mars24

    2

    A Sanary, nous étions trois libraires: La plus ancienne, le pilier: La Galerie tenue par Anne-Marie Bilger depuis 40 ans auquel s’était rajoutée Véronique, son employée, depuis 14 ans, grandes lectrices devant l’Eternel! Anne- Marie a pris sa retraite, et les marges de la librairie sont si faibles que la succession souhaitée n’a pu se faire; Fermeture.

    Une librairie spécialisée en bande dessinées: l’Ecume des pages qui a du se reconvertir en commerce de déco; Fermeture: Amazone est passé par là et son rouleau compresseur.

    Et la librairie Baba-yaga fondée par moi même en décembre 1984, qui donc aura trente ans cette année. Au départ uniquement consacré à la littérature jeunesse, puis très rapidement généraliste.

    Depuis la fermeture de la Galerie nous voyons apparaitre les transfuges, un peu perdus, quelquefois surpris de découvrir cette autre librairie, souvent hésitants. Fabienne et moi tachons de les rassurer.

    Bonnard
    Une quinzaine de jours avant Noel une femme se présente avec des profonds soupirs retenus, je comprends qu’il s’agit d’une transfuge du type P comme paniquée, et « tout est perdu! ». Elle désire me commander un livre, oui, oui, nous aussi nous savons faire les commandes! Quelques paroles échangées; Contente je pense l’avoir rassurée…
    Elle me parle alors d’un artiste dont elle a oublié le nom, qui a peint la Provence…et moi, imprudente, je lance « Bonnard? » Et là catastrophe, blasphème, anathème! La transfuge de type P avait raison: elle est tombée dans un lieu d’inculture, et d’imposture…Cela confirme ses craintes!
    La transfuge outragée laisse alors libre court à son désarroi , son dépit amoureux, jusque là contenu: Ses mains soutenant douloureusement un front large plein de sciences et conscience, s’appuient lourdement sur la caisse. Une cliente attend patiemment derrière elle, ses cartes postales à la main, puis nous entendons étonnées, et rapidement pour ma part atterrée, puis franchement exaspérée, sa litanie prononcée crescendo »Mais il est mort Bonnard, mais il est mort Bonnard,mais il est mort Bonnard…« avec ironie, mépris, supériorité évidente, intrinsèque, comme le professeur remet l’enfant à sa juste place: l’Ignorance, qu’il n’aurait jamais du tenter de quitter avec quelque réponse approximative!
    Les quelque tentatives de glisser entre les mots répétés de sa litanie:
    « Je ne savais pas
    Mais il est mort
    – que vous parliez d’un peintre
    mort
    – contemporain?!?
    Bonnard!!!!!
    sont inaudibles!!!et irrecevables…

    Conclusion: Puisque qu’Amazone veut notre peau et que Bonnard est mort, tachons de résister!

    Deuxième conclusion possible:
    Sachant qu’Amazone tue un libraire par mois, (calcul approximatif) les grandes surfaces tout autant, et que Pierre Bonnard peintre impressionniste est mort au Cannet(Alpes Maritimes) en 1947, combien de temps la librairie Babayaga,située à Sanary sur Mer dans le Var, résistera t-elle aux assauts des clients de tout poil et du grand capital???

  • mai25

    0

  • janvier1

    0

    Les années maternelles ou les livres qu’on me lisait:

    Les périodiques: Perlin et Pinpin, Nounouche

    Les albums: « L’ours Patapouf » d’Angela Gibson Morrell, les contes de Perrault, d’Andersen, les contes russes, dont mon histoire préféré : « Baba-Yaga » dans l’édition aujourd’hui épuisé illustré par Adrienne Ségur.

    Read More | Comments

  • novembre24

    0

    Branchée sur France Culture comme d’habitude, on y parle du dernier film de François Ozon, « Potiche », avec Catherine Deneuve. Yvette Roudy est invitée à l’émission, il s’agit donc bien des femmes en politique et de féminisme, pas d’erreur!
    Et voilà que j’entends un texte que je ne connaissais pas, une sorte de pastiche du poème de Rudyard Kipling: « Tu seras un homme mon fils » que voici pour rappel:

    Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie 
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, 
    Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties 
    Sans un geste et sans un soupir ; 

    Si tu peux être amant sans être fou d’amour, 
    Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre, 
    Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour, 
    Pourtant lutter et te défendre ; 

    Si tu peux supporter d’entendre tes paroles 
    Travesties par des gueux pour exciter des sots, 
    Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles 
    Sans mentir toi-même d’un mot ; 

    Si tu peux rester digne en étant populaire, 
    Si tu peux rester peuple en conseillant les rois, 
    Et si tu peux aimer tous tes amis en frère, 
    Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ; 

    Si tu sais méditer, observer et connaître, 
    Sans jamais devenir sceptique ou destructeur, 
    Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître, 
    Penser sans n’être qu’un penseur ; 

    Si tu peux être dur sans jamais être en rage, 
    Si tu peux être brave et jamais imprudent, 
    Si tu sais être bon, si tu sais être sage, 
    Sans être moral ni pédant ; 

    Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite 
    Et recevoir ces deux menteurs d’un même front, 
    Si tu peux conserver ton courage et ta tête 
    Quand tous les autres les perdront, 

    Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire 
    Seront à tous jamais tes esclaves soumis, 
    Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire 
    Tu seras un homme, mon fils.

    Voici la version pour les filles!! Tu seras secrétaire ma fille:

    Tu seras Secrétaire ma fille…

    Si tu peux voir un homme démolir tes dossiers
    Et sans dire un seul mot te mettre à reclasser,
    Si tu sais seconder l’homme en difficulté
    Sans devenir sceptique quant à sa qualité,
    Si tu sais être belle sans être ennuyante,
    Si tu peux être vive mais jamais impatiente,
    Très expérimentée sans avoir pris de l’âge,
    Aimable et souriante même avec un sauvage,
    Si tu sais conserver l’orthographe qu’il perd,
    Taper, penser, noter, téléphoner, tout faire,
    Si tu peux accoucher à l’heure du déjeuner,
    N’avoir que des enfants contre tout vaccinés,
    Remplacer ton patron qui, au soleil, ronronne
    Sans pour autant rêver que sa paie on te donne,
    Si tu sors d’H.E.C. sans prétendre à la gloire,
    Si tu as fait Sciences PO sans en faire une histoire,
    Alors, mieux qu’ingénieur, architecte ou ministre,
    Mieux qu’hommasse vouée au célibat sinistre,
    A jamais protégée des sommets où « LUI » brille,

    ….tu seras Secrétaire, ma fille.

     

    Et où peut-trouver sur Internet cette merveille de modernisme ?…sur un site de secrétariat sur mesure!!! C’est à dire que ce texte à hurler de rire est pris au premier degré, et il a été écrit dans ce sens, je ne sais pas quelle belle plume?!!
    Quand je pense que mon père en manque d’originalité m’a un jour imaginé secrétaire!!! Car secrétaire, au vue de ce genre de texte, est toujours celle d’un homme, une autre version de la femme soumise au foyer, la femme soumise au bureau!

  • octobre22

    0


    Illustration: Leslie Plée

    Toute l’année, et en particulier en ces veilles de fêtes les clients arrivent dans le meilleur des cas avec une page de journal conservée précieusement dans le moins bon, le plus courant, avec un titre non exact, un vague auteur écorché vif, et quelquefois la couleur de la couverture ce qui nous aide beaucoup! et c’est ce livre dont Drucker ou tartan pion a parlé à la télévision qui est soudain devenu LE LIVRE A AVOIR ABSOLUMENT écrasant tous les minables petits livres que nous engrangeons jour après jour, lisons, critiquons sur ce site etc. etc.

    Madame Monenfant, professeur dermatologue réputée, aujourd’hui à la retraite, compte parmi mes clientes, elle aime faire des cadeaux avec des beaux livres, et acheter des livres à sa famille, mais ne fait pas grand cas de mes conseils:

    – » Madame Monenfant quand on va voir un médecin on ne lui dit pas, alors qu’il va vous rédiger son ordonnance, attendez je vais demander l’avis a mon mari, ma sœur, ma fille, etc… Je vais aller voir sur internet si vous ne dites pas n’importe quoi (Quoique!!…) alors pourquoi ne me faites vous pas confiance, je suis libraire, je connais mon métier, je peux vous conseiller! »

    -« Vous êtes susceptible Marie-Odile »

    Oui, je le suis, mais j’ai raison, je sais que j’ai raison si les clients cessaient de faire confiance à des gens dont ce n’est pas le métier pour acheter des livres et nous demandaient conseil en nous expliquant leurs goûts, leurs désirs, il y aurait moins de livres malheureux non lus dans les placards!!!

    J’aime beaucoup Mme Monenfant, et je crois qu’elle m’aime bien aussi, en tout cas elle me répète souvent qu’elle adore ma librairie! Ce jour là j’ai quand même réussi à lui vendre des livres pour ses petits enfants, une belle collection très attractive de classiques publiés chez Gallimard (collection hélas épuisée), je connais bien ses goûts, j’aime lui trouver des livres qui lui feront plaisir.

    Autre exemple:

    Cet été un client cherchait Les Fred Vargas en Folio Policier, j’eus beau lui expliquer que Fred Vargas écrivait ses livres chez Viviane Hamy, groupe Flammarion, puis était repris en poche chez « J’ai lu » (collection de poche de Flammarion) il voulait Vargas en Folio, avec la même obstination que Fernand Reynaud voulait des croissants avec son café noir!! Alors je finis par lui demander pourquoi en Folio? Parce qu’il sont beaucoup plus beaux!