Librairie Baba Yaga

octobre2010

2


Casterman, Album, Octobre 2010

Editeur:

Monsieur Dubout était un homme sérieux, il n’aimait que son travail. Il filait droit vers son bureau quand Pfiiit, une hirondelle rasa son chapeau. Pfiiit, une deuxième hirondelle lui frôla l’oreille, et pfiiit, une troisième hirondelle lui passa sous le nez. Le cœur de Monsieur Dubout se mit à battre aussi fort que les ailes des oiseaux….

Avis:

Un triste monsieur ne pensant qu’à son travail, et ne voyant personne autour de lui, gràce à la beauté d’un réve qui lui rappelle ses aspirations d’enfant choisit d’être fidèle à lui même, ce petit garçon qui voulait s’envoler avec les hirondelles.
J’aurais aimé que ce conte soit moins sage, et tant qu’à oublier le chemin du bureau, j’aurais préféré qu’ils soit plus fantaisiste! Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Erlbruch et à ses livres délicieusement dérangeants et poétiques en particulier: « Remue ménage chez Madame K », dont je vais vous parler, bien qu’il soit ancien.
Je rajouterai qu’en allant voir le texte de la chanson de Trenet, j’ai compris qu’il avait fortement inspiré cet album. Chanson écrite en 1937, année où le désir de suivre les hirondelles avait du être très prégnant!

Y’a de la joie – 1937

Y a d’la joie bonjour bonjour les hirondelles
Y a d’la joie dans le ciel par dessus le toit
Y a d’la joie et du soleil dans les ruelles
Y a d’la joie partout y a d’la joie

Tout le jour, mon cœur bat, chavire et chancelle
C’est l’amour qui vient avec je ne sais quoi
C’est l’amour bonjour bonjour les demoiselles
Y a d’la joie partout y a d’la joie

Le gris boulanger bat la pâte à pleins bras
Il fait du bon pain du pain si fin que j’ai faim
On voit le facteur qui s’envole là-bas
Comme un ange bleu portant ses lettres au Bon Dieu

Miracle sans nom à la station Javel
On voit le métro qui sort de son tunnel
Grisé de soleil, de chansons et de fleurs
Il court vers le bois, il court à toute vapeur

Y a d’la joie la tour Eiffel part en balade
Comme une folle elle saute la Seine à pieds joints
Puis elle dit: « Tant pis pour moi si je suis malade
Je m’embêtais toute seule dans mon coin »

Y a d’la joie le percepteur met sa jaquette
Plie boutique et dit d’un air très doux, très doux
« Bien le bonjour, pour aujourd’hui finie la quête
Gardez tout Messieurs, gardez tout »

Mais voilà que soudain je m’éveille dans mon lit
Donc j’avais rêvé, oui, car le ciel est gris
Il faut se lever, se laver, se vêtir
Et ne plus chanter si l’on n’a plus rien à dire

Mais je crois pourtant que ce rêve a du bon
Car il m’a permis de faire une chanson
Chanson de printemps, chansonnette d’amour
Chanson de vingt ans, chanson de toujours.

Y a d’la joie bonjour bonjour les hirondelles
Y a d’la joie dans le ciel par dessus le toit
Y a d’la joie et du soleil dans les ruelles
Y a d’la joie partout y a d’la joie

Tout le jour, mon cœur bat, chavire et chancelle
C’est l’amour qui vient avec je ne sais quoi
C’est l’amour bonjour les demoiselles
Y a d’la joie partout y a d’la joie

Vous aimez? Partagez!

2 Comments

  • Commentaire by MARQUET Brigitte — 5 mars 2014 @ 2:38

    BONHEUR d’ËTRE ENCHANTES en lisant Hélène Suzzoni… ou « l’art d’enchanter ». Dégustons Bonjour les hirondelles et autres textes de cet(te) auteur(e) dont la subtilité n’a d’égale que la tendresse…., l

  • Commentaire by Marquet Brigitte — 5 mars 2014 @ 2:57

    Oh combien nous avons aimé BONJOUR LES HIRONDELLES d’Hélène SUZZONI : un souffle de rêve, un enchantement, un air de liberté… Quelle délicatesse ! Un crescendo vers le bonheur ! Merci, merci à cette auteur(e) précieuse qui nous communique tout simplement la Joie de Vivre ! BM

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire

RSS